The Vanishing of Ethan Carter-CODEX

The Vanishing of Ethan Carter
  • The Vanishing of Ethan Carter
  • 25 septembre 2014
  • Nordic Games
  • The Astronauts
  • Aventure
  • Non
  • Intel Core2 Duo, 4Go de RAM, carte 3D 512Mo, DirectX 9c, Windows XP SP3
  • Ajouter une bande-annonce

Description

Axé sur l'exploration et l'immersion, The Vanishing of Ethan Carter est un jeu d'aventure se déroulant dans un univers étrange et inquiétant. Le joueur y incarne un détective aux pouvoirs surnaturels lui permettant de voir ce qui s'est passé sur les scènes de crimes. Ce dernier part à la recherche d'un jeune garçon disparu.

Afficher le test

Y a-t-il une vie après le développement de FPS aux hormones ? Oui, comme le prouvent 8 anciens développeurs de Painkiller, décidés à participer au renouvellement en cours du jeu d'aventure.

Quand on dit que The Astronauts, composé de rescapés de People Can Fly (Painkiller, BulletStorm), développe un jeu d'aventure calme, sans la moindre traces de combats et à la limite du contemplatif, il y a de quoi lever un sourcil d'étonnement. Et pourtant, c'est exactement ce qu'est The Vanishing of Ethan Carter, suivant un mouvement de renouvellement de ce qu'on appelle un jeu d'aventure, un pont entre le point'n click et Myst. The Vanishing of Ethan Carter, c'est l'histoire de Paul Prospero, détective spécialisé dans l'occulte qui, après avoir reçu une lettre alarmante du jeune Ethan Carter, se rend dans la vallée quasiment abandonnée de Red Creek Valley, pour y découvrir une suite de meurtres sanglants et constater la disparition du jeune garçon qui appelait à l'aide.

Red Creek Valley, un morceau d'Amérique isolé abritant un barrage, un reliquat de voie ferrée et quelques maisons éparses. Sauvage et décrépie, elle est pourtant un endroit sublime, profitant du travail d'orfèvre de The Astronauts qui relève le pari du photoréalisme en alliant diverses techniques de modélisation 3D qui lui permettent de ne jamais répéter deux fois la même texture ou modèle 3D. Du haut d'un pont, laissez votre regard se perdre vers le lac artificiel en contrebas pour buter contre un barrage au loin en pensant avoir à faire à un simple décor pour comprendre ensuite qu'il s'agit d'un objet bien "réel" qui cache encore d'autres surprises. Avant même d'être un jeu d'enquête, The Vanishing of Ethan Carter est un simulateur de randonnée dans lequel on fait régulièrement halte pour admirer le panorama automnal baigné par la lumière rasante d'un soleil d'une fin d'après-midi permanente. On arpente ici les chemins forestiers sans doute les plus crédibles qu'on ait vus, irréguliers à souhait, sans voir deux fois le même caillou, traversant les bois avant de tomber face à un massif rocheux qui nous ramène à une mine abandonnée. Un rendu graphique irréprochable qui anime une zone semi-ouverte, sans temps de chargement intrusif, accompagné de surcroît par un travail sonore remarquable, les clapotis du lac, les hululements d'oiseaux et des thèmes musicaux en parfaite adéquation avec cette atmosphère contemplative rarement troublée par les pensées de Paul Prospero. Le silence, ou presque, et pas âme qui vive en dehors de Paul. Red Creek Valley est un étrange endroit, aussi beau qu'angoissant, qui n'est pas sans rappeler la nature avoisinante de Twin Peaks. La seule ombre au tableau serait à voir du côté des doublage des personnages autres que Prospero, assez peu convaincants.

Mais The Vanishing of Ethan Carter n'est pas qu'une simple démo technique et esthétique, c'est aussi pour citer le jeu lui-même "une expérience narrative", un jeu d'aventure à la première personne épuré au possible, sans affichage, sans inventaire, sans quest log et même sans linéarité imposant de résoudre ses énigmes dans un ordre précis (même s'il est largement préférable de le faire). Plongé dans l'ambiance tantôt bucolique tantôt poisseuse qui se dégage des lieux, le joueur progresse dans un environnement semi-ouvert pour y dénicher les énigmes et puzzles qui lui permettront en fin de parcours de boucler l'affaire. Si certains détails sont bien planqués et imposent une fouille en règle des buissons, on est le plus souvent interpellé par un endroit qui invite à la curiosité, quelques maisons, une église et son cimetière, l'entrée bloquée d'une mine... Ou dès les premières secondes du jeu, un autorail abandonné sur un pont ferroviaire. The Astronauts ne vous expliquera jamais rien, suivant le credo affiché en début de partie "ce jeu ne vous prendra pas par la main", préférant laisser le joueur comprendre ce qu'on attend de lui. Ne vous laissez pas effrayer par ce mot d'ordre, les mécaniques de jeu sont claires et l'aspect ouvert et vaste de l'environnement est une très habile (et efficace) illusion, vous ne vous perdrez pas et vous ne deviendrez pas fou à force de scruter les brins d'herbe.

La mécanique principale de cette vaste enquête, si l'on excepte quelques aventures annexes aux portes de l'étrange et du mystique, vise à résoudre l’énigme des différentes scènes de crime. Ici des traces de sang, là un objet déplacé, par là, le corps. Chaque examen d'indice provoque l'apparition de messages laconiques et éphémères, "traces de sang", "fracture du crâne ?", "pierre"... Certains indices provoqueront l'apparition d'un mot précis dupliqué par dizaines d’exemplaires tournoyant jusqu'à ce que le joueur pointe une direction précise, ouvrant alors une brèche dans un champ de vision lui offrant un aperçu de la localisation d'un objet. De quoi permettre au joueur d'avoir une première compréhension des événements et l'aider dans l'étape suivante, leur reconstitution, qui passe notamment par le repositionnement des objets déplacés. En touchant le corps de la victime, Paul Prospero commence à avoir des visions, des images fixes de "fantômes" comme une suite d'illustrations du meurtre. Il ne reste alors qu'à rétablir la chronologie en affectant à chaque scène sa place dans le déroulé du drame puis à lancer le film. Globalement, les énigmes de The Vanishing of Ethan Carter n'ont rien de très difficile. Une seule, qui adopte une autre forme, a fait caler pas mal de joueurs. C'est que tout en prétendant ne pas prendre le joueur par la main, The Astronauts ne le laisse pas pour autant complètement dans le schwarz. Il est relativement aisé de repérer les indices, et les déductions affichées à l'écran sont souvent assez éloquentes pour que les conclusions aillent bon train. Si parfois on aura un peu le sentiment de se faire assister, il y a d'autres moments où l'on se dit que sans ce système, on aurait pu tourner un rond un bout de temps. Dans tous les cas, The Astronauts parvient là encore à maintenir l'illusion et on se sent toujours satisfait d'avoir résolu l'affaire.

L'une des originalités du titre est en outre de laisser le joueur libre de ses mouvements et de l'ordre dans lequel il souhaite résoudre les énigmes là où un jeu d'aventure plus classique impose une progression logique de la narration. Chaque puzzle résolu apporte sa pierre à l'édifice et épaissit un peu la trame dont la résolution totale ne sera accessible qu'une fois chaque sous-quête terminée. Ce qui peut d'ailleurs s’avérer dommageable car on peut tout à fait atteindre le point final du jeu pour réaliser que paf, il nous manque un morceau du puzzle géant et qu'il va falloir rétropédaler à l'autre bout de la vallée. Si la chose ne m'est pas arrivée, il n'empêche que toucher du doigt le dénouement de l'histoire (qui mérite moult débats et discussions par ailleurs) pour réaliser qu'il vous manque une case à cocher sur votre formulaire d'entrée a quelque chose de très peu épique. D'où le conseil donné plus haut dans ce test d'éviter de résoudre les énigmes dans le désordre et de prendre soin de ne pas en manquer une faute d'avoir voulu courir à travers champs. Ce n'est pas vraiment un défaut majeur mais la chose vaut d'être signalée. De même que l'absence parfaitement incompréhensible d'une sauvegarde manuelle au profit de sauvegardes automatiques qui obligent à boucler le puzzle suivant avant de quitter sa partie ou faire une croix sur sa progression. Dans un jeu de ce genre, on s'explique assez mal ce choix.

Testé par jeuxvideo.com

Instructions diverses

Télécharger la mise à jour n° 1

Télécharger la mise à jour n° 2

Télécharger la mise à jour n° 3

Statistiques du torrent

Sources : 136
Clients : 60
Téléchargements : 4,464
Dernière mise à jour : il y a 5 mois
Catégorie : Jeux PC
Taille : 11.36 GB

Hash du Torrent

83F3EBEE563B8ECC45C3F120134C7060CB73839D

Liste des Trackers

http://www.smartorrent.com:2710/announce
http://announce.torrentsmd.com:6969/announce
http://exodus.desync.com/announce
http://torrent.gresille.org/announce
http://tracker.ex.ua/announce
http://tracker.flashtorrents.org:6969/announce
http://tracker.tfile.me/announce
http://tracker.torrentbay.to:6969/announce
udp://9.rarbg.com:2710/announce
udp://coppersurfer.tk:6969/announce
udp://exodus.desync.com:6969/announce
udp://explodie.org:6969/announce
udp://ipv4.tracker.harry.lu:80/announce
udp://open.demonii.com:1337
udp://p4p.arenabg.ch:1337
udp://p4p.arenabg.com:1337
udp://tracker.1337x.org:80/announce
udp://tracker.blackunicorn.xyz:6969
udp://tracker.btzoo.eu:80/announce
udp://tracker.coppersurfer.tk:6969
udp://tracker.coppersurfer.tk:80
udp://tracker.ilibr.org:6969/announce
udp://tracker.istole.it:80/announce
udp://tracker.leechers-paradise.org:6969
udp://tracker.openbittorrent.com:80
udp://tracker.publicbt.com:80/announce
udp://tracker.publichd.eu:80/announce
udp://tracker4.piratux.com:6969/announce

Infopop
Ville