Call of Duty 8 : Modern Warfare 3-RELOADED

Call of Duty 8 : Modern Warfare 3
  • Call of Duty 8 : Modern Warfare 3
  • 8 novembre 2011
  • Activision
  • Sledgehammer Games
  • FPS
  • 2-16 joueurs en ligne, 2 en coop
  • Win Xp/Vista/7, processeur Intel Core 2 Duo E6600 ou AMD Phenom X3 8750 ou plus récent, carte NVIDIA GeForce 8600GT ou ATI Radeon X1950 256 Mo, 2 Go de RAM, 16 Go d'espace disque et connexion internet obligatoire
  • Regarder la bande-annonce

Description

Call of Duty : Modern Warfare 3 est un FPS sur PC qui s'inscrit dans le contexte d'une hypothétique Troisième Guerre mondiale. Suite directe des deux précédents volets, la campagne nous entraîne aux 4 coins du monde pour affronter les Russes. De Manhattan en passant par Londres ou Paris, le jeu enchaîne les situations de combat et offre une mise en scène calquée sur celle des grands films de guerre hollywoodiens. Le jeu propose également un mode multijoueur complet ainsi qu'un mode coop.

Afficher le test

Alors que Battlefield 3 continue de rendre fou de plaisir et de douleur mêlés les acharnés de FPS militaires, voilà que le seigneur des charts et des ventes stratosphériques s'avance à son tour dans les boutiques pour tenter de montrer que c'est encore lui le chef. Sorte de tour du monde guerrier, le soft reprend bien évidemment la formule de ses prédécesseurs sans réinventer la poudre. Mise en scène apocalyptique, action frénétique qui ne concède pas le moindre temps mort, multijoueur super complet pour les amateurs de bastons rapides sans prise de tête, mais également un moteur graphique qui commence vraiment à accuser son âge…

La méthode de roulement est maintenant bien connue : après avoir laissé la place aux petits gars de Treyarch et leur Black Ops l'année dernière, c'est maintenant au tour d'Infinity Ward - ou ce qu'il en reste - de reprendre le flambeau et de balancer une nouvelle fois la sauce juste avant Noël. Mais le fait est qu'une grosse partie des forces vives du studio magique s'est joyeusement carapatée chez la concurrence. Du coup, pour tenter de compenser ces lâches défections, Activision est donc allé chercher des renforts du côté de Sledgehammer afin de ne pas trop pénaliser le développement de ce nouvel opus. Même Raven a mis son grain de sel pour aider tout ce beau monde à concevoir le multijoueur de la bête. Enfin, les messieurs de Beachhead ont quant à eux officié sur le service Elite, sorte de super Facebook " Call of Dutyesque ", accessible gratuitement, mais offrant plus de fonctionnalités pour ceux qui contracteront un abonnement premium (un abonnement qui vous permettra en outre d’obtenir tous les DLC à venir et dont le prix sera inférieur à celui que vous auriez payé pour obtenir chacun d’eux un par un). Quoi qu’il en soit, force est de reconnaître que malgré ses influences multiples, Modern Warfare 3 est un produit éminemment cohérent, qui s’inscrit sans rougir dans la lignée de ses prédécesseurs.

Commençons donc par vous parler plus en détail de la campagne, qui ne constitue, entendons-nous bien, qu’une introduction de qualité au multijoueur. En effet, cette dernière est composée de 16 missions que vous terminerez en 5 ou 6 heures en fonction de la difficulté choisie. A 70 euros, autant vous dire que si vous n’entendez pas jouer en ligne, il serait peut-être bon de passer carrément votre chemin ou d’attendre que le soft passe en occasion ! Ceci étant bien clair, il faut reconnaître que la campagne de Modern Warfare 3 fait le boulot, avec une mise en scène qui se complaît encore davantage dans la surenchère que ses aînés, ce qui n’est pas peu dire. Débutant juste après la fin de Modern Warfare 2 qui voyait les Russes fondre sur le monde, le capitaine Price et son pote Soap régler son compte au méchant supposé de l’histoire à grands coups de QTE pourris, le soft nous invite une fois encore à suivre les pérégrinations de plusieurs soldats sur les différents théâtres d’opération mondiaux.

Selon le cas, on se retrouvera donc au cœur de batailles rangées dans les rues d’un New York dévasté avant de filer en Europe pour assister au saccage de Londres, d’Hambourg, de Berlin de Prague ou même de Paris, où l’on combattra d’ailleurs aux côtés des forces du GIGN. A d’autres moments, on se verra placé dans le costar impeccable d’un des gardes du corps du président russe à travers une séquence de détournement d’avion qui, tout en évoquant la conclusion de Modern Warfare premier du nom, ménage tout de même quelques sympathiques surprises. On ira également se battre en Inde, se coltiner 5 minutes de pseudo infiltration en Somalie (pour une séquence de massacre qu’on pourra choisir de sauter soi-dit en passant) avant que tout ne vire à la foire au pâté. Bref, un véritable tour du monde en forme de couloir où tout est encore une fois régi par des scripts bien classes, toujours efficaces, parfois même très habiles, mais qui donnent de temps en temps l’impression que la guerre se joue exclusivement pour nous, devant nos yeux, pour un résultat désagréablement artificiel.

Du coup, on se dit que Modern Warfare pète toujours autant, que le bougre est certes super plaisant à traverser mais que ce déluge de plombs, de flammes et de fureur fait presque " too much ". Car sans jamais rien apporter de nouveau en dehors d'une "9-bang grenade" qui ne fait office que de flashbang améliorée, d’un lance-grenades à répétition jouissif, de fusils à doubles lunettes qu’on peut switcher à tout moment en fonction de la distance de la cible et d’un robot qu’on pilotera 3 minutes pour exploser la tronche à des soldats russes débiles qui s’entassent comme du bétail à l’abattoir, le jeu semble souvent se contenter de réciter froidement ses scripts. Attention, cette impression d’être davantage spectateur qu'acteur d'une guerre qui a oublié ses enjeux est loin d’être permanente (comme chez un certain concurrent), mais elle surgit bel et bien de temps en temps. Cette dernière est d'ailleurs renforcée par un moteur graphique qui a beau pouvoir afficher toutes les folies guerrières de la galaxie, n'en reste pas moins dépassé, avec des textures moyennes, des effets qui semblent issus d'un autre âge vidéoludique et une animation certes assez propre, mais dont on commence vraiment à voir les limites, notamment lorsque les troufions que l'on suit changent sèchement de direction en pleine course.

Rien d’affolant cependant, c’est ici le testeur qui parle, tout abreuvé qu’il est de FPS en tout genre. Mais dans les faits, la campagne de Modern Warfare 3 n’a pas d’autre ambition que de donner dans le grand spectacle, dans la gigantesque fuite en avant, éperdue, sans temps mort, tout en variant les plaisirs toutes les cinq minutes. Même blasé, on ne peut s’empêcher de lâcher des " Woh la vache ! " régulièrement, notamment à la fin des missions parisiennes, lorsque… non, silence, vous verrez bien. Bref, en cela, le contrat est rempli haut la main, car les quelques problèmes du jeu ne suffisent pas vraiment à nous sortir de l’ambiance et à nous rappeler qu’on est en fait sur notre canapé, dans le salon familial. Un problème qu’en dépit de sa réalisation exemplaire, le généreux Battlefield 3, ne parvenait pas totalement à surmonter en raison de ses soucis de rythme et de ses maladresses en termes de mise en scène.

Tout cela c’est bien joli, mais au final, ça nous donne simplement un petit solo pop-corn bien cool et efficace, vous dites-vous sans doute avec raison ! Mais que vaut donc le multi, sale petit testeur vendu qui roule néanmoins en Xsara d’occasion, et qui a en plus l’audace d’être roux et de porter des lunettes ?! Eh bien mes amis, disons que là encore, dans le registre de la baston ultra nerveuse sur des cartes de petites tailles (qui n’est donc pas celui d’un certain concurrent dont le titre commence par B donc, on insiste), Modern Warfare 3 fait le boulot avec panache. On commence déjà par un mode coop jouable à deux en splitté ou en ligne et qui se scinde en deux parties. D’un côté, on trouve 16 missions de type Survie à travers lesquelles on devra résister face à des vagues de troufions, empocher du pognon à chaque frag et évoluer sur la carte pour acheter des armes aux endroits spécifiés. De l’autre, on profite de 16 courtes missions dans la veine de ce que proposait déjà le mode Spec Ops de MW2. Efficace, complet, super agréable à jouer, et offrant un challenge relevé. Certes, on enlève ici les bienfaits d’une chouette mise en scène, mais le fun reste bel et bien présent, et c’est là le principal.

Du côté du muli compétitif, on profite d’une sélection de 16 cartes qui tout en s’inspirant des niveaux traversés en solo, ne sont pas que de simples reprises. Des maps globalement bien fichues sur lesquelles 18 joueurs pourront joyeusement s’étriper à travers 16 modes. Ces derniers sont d’ailleurs divisés en deux catégories, les Classiques, regroupant les habituels Match à Mort, Recherche & Destruction, QG, Capture de Drapeau mais qui accueille également deux nouveaux bien fendards. " Elimination Confirmée " prend la forme d'un match à mort classique en équipes, à ceci près que pour valider un frag, il faudra systématiquement aller dépouiller votre victime de son "dogtag", la fameuse plaque d'identification que tout bon troufion se doit de porter s'il espère être reconnu en cas de vaporisation. Sachant que l'ennemi pourra récupérer les plaques de ses potes tombés au combat pour éviter à ceux d'en face de marquer des points, vous pouvez imaginer que les corps-à-corps et autres bassesses seront légion. L’autre nouveauté n’est en fait que du Roi de la Colline où l’équipe qui contrôle la zone clé reçoit des caisses de bonus…

Mais la grande amélioration du mode multi, au-delà d’un gameplay certes un peu stagnant toujours aussi efficace et d’un rééquilibrage de la puissance des armes, c’est la refonte complète du système de killstreaks. Pour ceux qui l'ignorent, ce terme barbare évoque en fait la possibilité d'obtenir des bonus spéciaux dès lors qu'on enchaîne les frags sans se faire dessouder. Drones de reconnaissance capables de signaler la position de tous les ennemis, frappes aériennes, caisses de munitions, hélicoptères de combat, voilà autant de joujoux que seuls les gros tueurs pouvaient jusque-là utiliser à tout bout de champ, au risque d'écoeurer le néophyte. Sauf que dans Modern Warfare 3, trucider l'ennemi n’est pas l'unique moyen d'accéder à ces fameux bonus. Aider un collègue à dégommer un adversaire et participer activement à la réalisation des objectifs imposés par le mode de jeu du moment sont ainsi récompensés, pour le plus grand bonheur des petits et des grands.

Mais le truc, c’est que dorénavant, les bonus auxquels vous avez accès dépendent entièrement du "strike package" que vous aurez choisi d'associer à votre troufion en début de partie (ou entre chaque décès). Il existe 3 de ces sets : Assaut, Soutien et Spécialiste. Ainsi, si vous êtes un bourrin qui ne vous réjouissez qu'en plongeant vos mains dans les entrailles encore fumantes de l'adversaire, vous opterez certainement pour le set d'Assaut qui récompensera vos faits d'armes avec des bonus susceptibles de vous aider à causer encore plus de dégâts dans les rangs adverses : hélicos de combat, raids aériens, etc... Si vous êtes plus finaud et aimez vous rendre utile, le set de Soutien vous permettra de débloquer radar, tourelles défensives (antipersonnel ou anti-hélico) et autres caisses de munitions. En outre, votre compteur de série de tués donnant accès aux dits bonus ne sera pas remis à zéro après chaque trépas avec ce pack ! Enfin, les solitaires se devront d'opter pour le set de Spécialiste qui donnera lui un accès progressif à tous les atouts du jeu, de sorte que votre soldat devienne un tueur absolu capable de courir vite, de recharger comme un ouf, de viser mieux, etc. Mais dans ce dernier cas, vous direz obligatoirement adieu aux habituels lâchers de chiens d'attaque ou autres raids aériens. En somme, Modern Warfare 3 vise à récompenser plus équitablement les joueurs tout en les invitant à choisir puis à affiner leur style de jeu. Franchement, ce n'était pas du luxe.

Alors évidemment, seuls la pratique et le temps permettront de voir si Modern Warfare 3 est réellement plus équilibré que ses aînés, ou si un truc aussi moche que les voitures télécommandées de Black Ops ne va pas émerger pour pourrir les parties. En tout cas, et s’il reste encore beaucoup de choses à dire (notamment sur le fait que les parties privées sont maintenant totalement customisables et que vous pourrez créer puis échanger des modes) le fait est que ce nouvel opus de la série constitue indéniablement une réussite. N’en déplaise à certains, au royaume de FPS grand spectacle dans lesquels on s’éclate tout de suite, sans se poser de questions, Call of Duty reste toujours le roi.

Testé par jeuxvideo.com

Instructions diverses

Traduction FR :

http://www.traductionjeux.com/COD-Modern-Warfare-3.html

Statistiques du torrent

Sources : 3,988
Clients : 1,068
Téléchargements : 319,480
Dernière mise à jour : il y a 1 mois
Catégorie : Jeux PC
Taille : 13.82 GB

Hash du Torrent

24D07D7050CA3FB00AF55752CEC597D7B1731058

Liste des Trackers

http://smartorrent.com/announce/a0cd9cb9449b75d3f50c48a7b6605e66
http://announce.torrentsmd.com:6969/announce
http://exodus.desync.com/announce
http://torrent.gresille.org/announce
http://tracker.ex.ua/announce
http://tracker.torrentbay.to:6969/announce
udp://9.rarbg.com:2710/announce
udp://exodus.desync.com:6969/announce
udp://explodie.org:6969/announce
udp://ipv4.tracker.harry.lu:80/announce
udp://open.demonii.com:1337/announce
udp://tracker.1337x.org:80/announce
udp://tracker.btzoo.eu:80/announce
udp://tracker.coppersurfer.tk:6969/announce
udp://tracker.istole.it:80/announce
udp://tracker.openbittorrent.com:80/announce
udp://tracker.publicbt.com:80/announce
udp://tracker.publichd.eu:80/announce
udp://tracker4.piratux.com:6969/announce

Infopop
Ville