Call of Duty 10 : Ghosts - Deluxe Edition [Update 12] (2013) PC - Rip By z10yded

Call of Duty 10 : Ghosts
  • Call of Duty 10 : Ghosts
  • 5 novembre 2013
  • Activision
  • Infinity Ward
  • Action
  • jusqu'à 12 joueurs en ligne, 2 en local
  • Processeur Intel Core 2 Duo E8200 2.66 GHz / AMD Phenom X3 8750 2.4 GHz, 6 Go de RAM, 40 Go d'espace disque, GeForce GTS 450, DirectX 11
  • Ajouter une bande-annonce

Description

Call of Duty : Ghosts sur PC est le dixième volet de la célèbre série de FPS. Ce nouvel épisode propose au joueur de rejoindre le champ de bataille dans un futur proche alors qu'un conflit oppose les Etats-Unis à une fédération regroupant les nations d'Amérique Latine. Le jeu propose un mode Extinction qui permet à quatre joueurs d'affronter des hordes d'aliens.

Afficher le test

Qu'on aime ou qu'on déteste la série, il faut bien reconnaître que la sortie d'un nouveau Call of Duty est toujours un petit événement. La licence s'est en effet imposée comme la référence du FPS grand public et fait toujours un carton incroyable en termes de ventes. Faut-il pour autant en déduire que la qualité est forcément au rendez-vous ? La sortie de Call of Duty : Ghosts nous donne justement l'occasion de nous demander si la série parvient encore à évoluer avec son temps.

N'y allons pas par quatre chemins, Call of Duty : Ghosts marque forcément un tournant dans l'histoire de la licence. Non seulement c'est le premier épisode à faire son arrivée sur PS4 et Xbox One, mais il est surtout développé par un studio amputé d'une bonne partie de ses têtes pensantes. Les fondateurs d'Infinity Ward se sont fait la malle dans des conditions houleuses en 2010 et ils ont mis sur pied une nouvelle structure, Respawn Entertainment, qui se charge du développement du très prometteur Titanfall. Ce Ghosts est donc particulièrement attendu au tournant, tant d'un point de vue technique qu'au niveau de son contenu. Pas de chance, la campagne solo de cet opus n'est certainement pas la plus épique...

Call of Duty : Ghosts nous entraîne dans un futur proche pas franchement idyllique. Les états d'Amérique Latine se sont regroupés dans une fédération qui mène une guerre féroce contre les Etats-Unis. Ils ont même détourné un satellite militaire pour anéantir purement et simplement différentes villes nord-américaines. Pourquoi tant de haine ? Ne cherchez pas à vous creuser la tête, les méchants sont les méchants et vous ne saurez jamais vraiment pourquoi ils vous en veulent... Bref, le jeu se déroule en majeure partie 10 ans après cette catastrophe. Vous suivez deux frères, de jeunes soldats qui devront faire leurs preuves dans une unité d'élite mystérieusement nommée Ghosts. Les membres de ce groupe sont dans le collimateur des forces ennemies, un mec patibulaire et increvable paraît d'ailleurs bien décidé à tous les chasser un à un. Non seulement on ne sait pas vraiment pourquoi on se bat, mais on a aussi généralement bien du mal à comprendre de quelle manière on se retrouve dans les différentes situations exposées. La campagne est courte (comptez un peu plus de 5 heures) mais elle n'en est pas forcément intense pour autant : certes vous aurez des démolitions à gogo, mais l'aspect éculé des ficelles employées risque de vous lasser.

Il n'est pas question de tout rejeter en bloc, certains aspects de la campagne sont vraiment rafraîchissants et on a même droit à quelques mises en scène originales. On pense par exemple aux niveaux dans l'espace ou dans les fonds marins qui ne sont pas nécessairement les plus nerveux, mais qui se montrent vraiment dépaysants. On ne rechignera pas non plus devant la scène façon rail-shooter sur la glace, certes on a une impression de déjà-vu mais l'ensemble est assez bien rythmé pour nous faire passer un bon moment. Malheureusement, on ne peut pas en dire autant des séquences d'infiltration. Le fait de se cacher dans l'herbe au pied des soldats ennemis passait déjà assez mal dans le premier Modern Warfare, c'est devenu un artifice de gameplay franchement risible six ans plus tard. De manière générale, les réactions des ennemis sont rarement crédibles et les ficelles vraiment trop grosses pour que l'on se laisse prendre au jeu. On sent pourtant une certaine volonté d'innover en matière de mécanique de jeu. Vous serez par exemple souvent accompagné par votre chien, un compagnon à qui vous donnez des ordres et que vous pouvez même diriger directement pendant l'une des missions. Mais finalement, ce pauvre toutou se transforme bien vite en boulet et on est content de s'en être débarrassé dans les derniers niveaux.

C'est une autre chanson en matière de prise en main : on garde bien entendu l'ADN de la série mais de petites améliorations notables ont été apportées ici ou là. Si l'ajout des glissades paraît davantage esthétique que fonctionnelle, on ne peut pas en dire autant pour le lean. Certes, cette fonctionnalité est loin d'être une grande nouveauté dans le petit monde des FPS, mais son intégration à Call of Duty : Ghosts est plutôt réussie. C'est tout simple, il suffit de viser près du bord d'une couverture pour jeter un petit coup d’œil sur le côté. On aurait par contre préféré profiter d'un peu plus d'améliorations purement techniques : il faut être honnête, il ne faut pas compter sur cet épisode pour nous en mettre plein les rétines. Les versions Xbox 360 et PS3 sont assez propres la plupart du temps, mais on n'est jamais très loin du rendu des précédents volets. La version PC est incontestablement plus fine et plus détaillée, mais il n'y a pas de quoi tomber à la renverse et on observe même quelques ralentissements lorsqu'il y a un peu trop de particules à l'écran. On en attendait peut-être un peu trop vu la configuration recommandée, on espérait par exemple ne pas passer au travers de la végétation dans la jungle ou profiter de panoramas éblouissants dans le désert. Finalement, le lifting graphique n'est pas à la hauteur de la claque espérée.

Vous l'aurez compris, Call of Duty : Ghosts ne restera pas dans les mémoires pour son solo, heureusement le multijoueur est bel et bien là pour nous faire frémir sur le long terme. On passera rapidement sur les modes de jeu habituels pour s'intéresser aux nouveautés de cet opus qui nous ont tapé dans l’œil. Certains modes sont ainsi clairement taillés pour le teamplay. On pense par exemple au Recherche & Sauvetage qui se présente comme un Recherche & Destruction dans lequel on peut réanimer ses coéquipiers à condition que l'ennemi n'ait pas récupéré leurs tags. C'est aussi le cas de Dépôt, un Elimination Confirmée dans lequel il faut apporter les tags à un but pour marquer des points, mais aussi d'Eclair, un CTF sans le drapeau. On apprécie aussi le mode Enragé, un Team Deathmatch dans lequel il faut enchaîner les frags toutes les 30 secondes sous peine d'exploser. Les recettes ne sont pas d'une originalité folle, mais elles fonctionnent et on se prend vite au jeu. Notez que les 14 maps proposées font aussi dans la diversité. L'aspect destructible mis en avant pendant la promotion du jeu fait plutôt gadget, mais Infinity Ward s'est évertué à nous proposer des environnements très variés, non seulement par leur ambiance, mais aussi par leur taille. On peut même parfois se demander si certaines maps ne sont pas un poil trop grandes pour s'adapter au gameplay de CoD. C'est le cas par exemple de Stonehaven, un environnement qui fleure bon les ruines écossaises mais qui ne plaira pas aux amateurs de lieux clos. Mais c'est une question de goût et finalement le seul véritable défaut de ce multijoueur demeure une gestion parfois un peu étrange des points de spawn : on rage parfois en apparaissant directement sous le nez de ses ennemis.

La gestion de l'équipement ressemble un peu à un mix entre celui de Modern Warfare 3 et celui de Black Ops 2. Comprenez par là que l'on retrouve à la fois les trois types de killstreaks du premier et la customisation poussée du second. Vous voulez vous passer de votre arme secondaire et de vos accessoires pour utiliser un maximum d'atouts ? Vous êtes tout à fait libre de concevoir le soldat dont vous rêvez... à condition bien entendu d'avoir emmagasiné suffisamment de points pour débloquer l'ensemble. Les premières parties nous laissaient l'impression que les killstreaks axés Assaut étaient peut-être un brin abusés. Le chien par exemple se déclenche assez vite et il s'agit tout de même d'un compagnon qui reste sur la map même lorsque vous passez l'arme à gauche. C'est certain, il faut un petit temps pour s'habituer à ces présences canines, mais, tout compte fait, il s'agit d'un killstreak bien stratégique qui apportera certainement de nouvelles façons de jouer. L'autre petite nouveauté c'est la possibilité d'accéder à des petits défis au beau milieu de la partie. Il suffit de prendre une mallette fantomatique sur un ennemi mort pour les déclencher et il vous sera accordé un colis stratégique si vous les réussissez.

La véritable nouveauté en termes de personnalisation dans le multijoueur est la possibilité de créer plusieurs soldats et de choisir leur apparence. C'est l'occasion par exemple d'incarner les avatars féminins, mais aussi et surtout de se créer une véritable petite unité d'élite. Le mode Escouade est d'ailleurs là pour mettre votre petite équipe à rude épreuve. Il vous permettra en effet de vous exercer en compagnie de vos gaillard(e)s contre des équipes créées par d'autres joueurs. Chaque membre va réagir en fonction de l'équipement que vous leur avez confié : un soldat avec un fusil de sniper restera à l'écart, tandis qu'un collègue muni d'un fusil à pompe ira davantage au contact. Ces comportements sont plutôt bien retranscrits mais des bots restent des bots et vous aurez tout de même parfois l'impression de jouer avec une équipe incapable de jouer en équipe. Au final, ce mode Escouade doit être vu comme un entraînement au multijoueur et sans véritable fin en soi.

Le système de clans est heureusement un peu plus prometteur. Les teams sont déjà présentes sur Call of Duty depuis belle lurette mais elles n'ont jamais été autant intégrées dans le cœur du jeu. Désormais, le fait d'appartenir à un clan vous permettra de vous lancer dans une Guerre des Clans. Toutes les deux semaines, on vous proposera dix territoires à conquérir, chacun d'entre eux correspondra à un mode de jeu particulier. Il suffit qu'un membre de votre équipe remporte une victoire dans le mode en question pour que le clan dans son ensemble décroche un point supplémentaire. L'équipe avec le maximum de points est désignée comme maîtresse du territoire et chaque membre du clan se retrouve alors avec un bonus de 25 % d'expérience dans le mode en question. Attention, les autres équipes chercheront bien entendu à vous virer de ce piédestal. C'est le leader de votre clan qui désigne les objectifs à accomplir via l'application mobile liée au jeu. Histoire de rendre la compétition plus croustillante, les clans qui ont accumulé un maximum de points pourront aussi débloquer des éléments de personnalisation exclusifs pour leurs petits troufions. Ce qu'il faut retenir, c'est que cette guerre des clans se traduit aussi bien par des bonus d’expérience que par des modifications cosmétiques.

Les équipes d'Activision nous avaient réservé une belle surprise en attendant le dernier moment pour révéler l'existence du mode Extinction. Il s'agit bien entendu d'un moyen de surfer sur la popularité du mode Zombies des épisodes Treyarch en remplaçant les morts-vivants par des aliens, mais cette description simpliste ne colle pas tout à fait au résultat. Le but ici est simple, vous et trois de vos potes êtes chargés de transporter et de protéger une foreuse pour détruire un à un les nids d'aliens qui ravagent une vaste map. Les créatures venues d'ailleurs sont rapides, agiles et furieusement mal lunées. Elles sautent sur les toits, vous mordent les mollets et n'hésitent pas à débarquer en nombre pour submerger votre petite équipe. Mention spéciale aux vilains petits hargneux qui balancent des flaques d'acide pour vous compliquer la tâche. On amasse de l'argent en faisant des cartons, et il faut bien entendu fouiller l'environnement pour trouver des armes et des améliorations... Là où le mode Extinction se démarque du mode Zombies, c'est qu'il vous donne la possibilité de personnaliser votre combattant : assignez-lui une classe et choisissez minutieusement les compétences que vous pourrez utiliser moyennant quelques dollars. Pensez à être complémentaire avec le reste de votre équipe, il est bon d'avoir au moins un docteur et quelqu'un capable de ravitailler en munitions dans le lot... Ajoutez à cela des défis qui vous permettront de débloquer plus rapidement les points de compétences nécessaires à l'amélioration des capacités, et vous obtenez un mode nerveux et furieusement addictif qui mérite vraiment le détour. Seul petit regret, il n'y a pour l'instant qu'une seule map sur laquelle défourailler de l'alien, mais on peut d'ores et déjà parier que du contenu supplémentaire arrivera en DLC.

Testé par jeuxvideo.com

Instructions diverses

Télécharger le patch français

Statistiques du torrent

Sources : 1,372
Clients : 224
Téléchargements : 86,000
Dernière mise à jour : il y a 4 semaines
Catégorie : Jeux PC
Taille : 30.03 GB

Hash du Torrent

1C35B453D406C50107DF0062B1E84B72E0EB736A

Liste des Trackers

http://www.smartorrent.com:2710/announce
http://announce.torrentsmd.com:6969/announce
http://exodus.desync.com/announce
http://torrent.gresille.org/announce
http://tracker.ex.ua/announce
http://tracker.flashtorrents.org:6969/announce
http://tracker.tfile.me/announce
http://tracker.torrentbay.to:6969/announce
udp://9.rarbg.com:2710/announce
udp://coppersurfer.tk:6969/announce
udp://exodus.desync.com:6969/announce
udp://explodie.org:6969/announce
udp://ipv4.tracker.harry.lu:80/announce
udp://open.demonii.com:1337
udp://p4p.arenabg.ch:1337
udp://p4p.arenabg.com:1337
udp://tracker.1337x.org:80/announce
udp://tracker.blackunicorn.xyz:6969
udp://tracker.btzoo.eu:80/announce
udp://tracker.coppersurfer.tk:6969
udp://tracker.coppersurfer.tk:80
udp://tracker.ilibr.org:6969/announce
udp://tracker.istole.it:80/announce
udp://tracker.leechers-paradise.org:6969
udp://tracker.openbittorrent.com:80
udp://tracker.publicbt.com:80/announce
udp://tracker.publichd.eu:80/announce
udp://tracker4.piratux.com:6969/announce

Infopop
Ville